Pauvreté Sénégalais

Pauvreté Sénégalais

La pauvreté montre la situation d’une personne ou d'un groupe de personnes qui est dans l'inaptitude d'accéder à une nourriture en quantité suffisante, à l’eau potable, aux vêtements, à un logement et au chauffage de ce dernier lorsque le lieu de vie le demande.

Ainsi la pauvreté, c'est ne pas avoir assez d'argent pour répondre à ses besoins de base en nourriture, en vêtements et en logement. Toutefois, la pauvreté, c’est beaucoup plus, que le manque d'argent. La Banque mondiale décrit la pauvreté comme étant faim.

 CAUSES DE LA PAUVRETE

Les causes de la pauvreté sont très bariolées, mais on peut dire que les principaux facteurs de danger se trouvent dans les conditions sociales, politiques et économiques. Par exemple, le chômage partiel, les contrats de travail temporaires, l’absence de places de prise en charge extra-familiale des enfants, ou leur prix excessif procréent souvent de la pauvreté. 

Les personnes à bas revenu, les familles de plus de deux enfants et les personnes élevant seules leurs enfants courent un danger important de tomber dans la pauvreté. Toutes ces personnes ont en commun de ne pas gagner un revenu suffisant pour assurer leur subsistance. On compte aussi parmi ces personnes celles qui sont issues de l’expatriation et que leur origine expose à différentes formes de discrimination. 

Et la pauvreté se transmet car il est prouvé que les enfants de familles pauvres sont souvent pauvres eux-mêmes lorsqu’ils sont adultes. Trop souvent, ils ont mal commencé leur vie, aussi bien au sein de la famille que dans la société.

Les gens qui sont touchées par la pauvreté sont les personnes qui gagnent un revenu très faible, qui ne trouvent pas de travail, ou seulement des emplois temporaires et qui élèvent seules leurs enfants. Mais aussi c’est des gens qui ne sont pas qualifiées pour des emplois recherchés sur le marché du travail, qui sont malades ou invalides et qui doivent financer seules un ménage aussi qui sont domiciliées dans un lieu où les dépenses pour les impôts, le loyer et la caisse-maladie sont au-dessus de la moyenne.

LES CONSEQUENCES DE LA PAUVRETE

Dans les pays en développement, où les ressources sont rares, les conséquences sont encore plus marquées sont la famine, les catastrophes sanitaires etc. En particulier, en Europe, la mobilité spatiale souvent nécessaire pour trouver un emploi hors de zones d'habitation qui en offrent peu est freinée par la pauvreté.

Cependant les facteurs les plus évidents sont l'insécurité alimentaire, des conditions de santé éphémères, le manque de compétences dû à un manque d'éducation et le manque d'opportunités économiques.

La pauvreté a été donnée au manque d’infrastructures et de capital humain. Aucun pays pauvre n’a de bonnes infrastructures avant qu’il ne sorte de la pauvreté. L’infrastructure est commanditée par la prospérité et, en ce qui concerne le capital humain, l’Occident a affecté des milliards de dollars à des programmes de formation professionnelle pour préparer les travailleurs locaux.

Malgré cela, les gouvernements africains se sont têtus dans leurs politiques de développement généralement peu judicieuses et toujours sombres. Ils ont fait exactement le contraire de ce qui aurait dû être fait. Bien que les Africains travaillent très dur, ils restent très infertiles, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la faible capitalisation de leurs économies et de la série de réglementations avec lesquelles leurs gouvernements les garrottent. 

LES SOLUTION DE LA PAUVRETE

En Afrique, le rapport de pauvreté a diminué, mais le nombre de pauvres a augmenté, faisant à limite de la pauvreté un phénomène essentiellement africain. En effet les solutions pour régler cette situation sont :

-Le fait de donner  accès et éliminer les obstacles qui empêchent les pauvres de subvenir à leurs besoins. Il s'agit de faciliter leur accès au crédit, aux services et aux ressources, dont les ressources naturelles, d'améliorer leur capacité à gérer les risques et de mettre en relation les petites exploitations agricoles avec les marchés et systèmes alimentaires.

  -De même une meilleure productivité pour améliorer la productivité des petites exploitations tout en promouvant l'utilisation et la gestion durables des ressources naturelles.

- Ainsi donner d’opportunités d’emploi tout en créant des emplois non agricoles décents pour les pauvres hommes, femmes et jeunes, en promouvant l'esprit d'entreprise et en développant leurs aptitudes professionnelles.

-Mais aussi un  niveau de revenu minimal et de protection sociale pour construire et généraliser des systèmes de protection sociale, comme de programmes de transferts monétaires. 

-Fonder  des institutions plus fortes pour renforcer le rôle des institutions rurales, des organisations communautaires et des autorités locales dans le dialogue et la prise de décision politiques.

- Et l’autonomisation Permettre aux ruraux pauvres de participer activement au processus de développement et d'en recueillir les bienfaits.

-Ensuite faire l’égalité de genre, une façon de lutter contre les inégalités entre les sexes, notamment pour ce qui concerne l'accès aux services sociaux et aux ressources productives.

 -Trouver de meilleures politiques pour aider les pays à mettre en œuvre un jeu complet de politiques et de stratégies permettant de lutter contre la pauvreté aux échelons territorial, national et régional. 

-Enfin faire face aux changements climatiques pour aider les pays à renforcer la résilience et les capacités d'adaptation et de réaction des communautés pauvres et vulnérables face aux changements climatiques.

Partager cet article...
Publication précédente Publication suivante

Ils nous ont fait confiance