immigration clandestin des sénégalais

immigration clandestin des sénégalais

L'immigration clandestine est par définition l'immigration illégale, ou encore une entrée illégale, illicite, ou discrète sur un territoire national d'étrangers n'ayant pas réalisé les formalités espérées.

Elle reste surtout et avant tout un problème foncièrement humain. Cette tragédie humaine qui frappe des franges entières de populations africaines, est bel et bien la source principale du problème migratoire qui va en s’aggravant d’année en année.

AU SÉNÉGAL

 On constate que de plus en plus d’hommes et de femmes quittent le pays dans l’espoir de trouver ailleurs de meilleures conditions de vie.

 En effet, la mobilité croissante à l’échelle mondiale permet à ces personnes de se rendre dans des pays lointains, voire sur d’autres continents dont les États jouissant d’un niveau et d’une qualité de vie élevés constituant bien évidemment les destinations privilégiées.

 Cependant la majorité est plutôt de jeunes adultes, souvent parmi les plus éduqués de leur pays, et ils ont appris à dessiner les contours de leurs pays de destination. Fuyant un pays où la situation économique est figée, ils tentent leurs chances en France, Espagne, Italie…..

Les causes de cette augmentation des départs n’ont pas été précisées, mais le Sénégal subit les conséquences de la pandémie de coronavirus, qui a entraîné la fermeture des frontières alors que le tourisme est l’un des principaux revenus du pays.

Les choses s’empirent encore depuis le COVID 19, certains entreprises ne marchent plus, le taux de chômage s’est aggravé, des familles qui vivent dans famine. L’état ne peut plus couvrir certaines tâches. Tous les secteurs étaient presque touchés.

Le secteur de la pêche a lui aussi vu ses débouchés se tarir. Il ne restait qu’un seul choix à ces jeunes, c’est d’immigrer  pour gagner leur vie, d’autant que certains de leurs amis sont bien arrivés en Espagne et leurs avaient envoyé des photos et vidéos affichant leur mieux-être.

DANGER DE L’IMMIGRATION CLANDESTINE 

Sachant le danger qui est dans ces voyages illicites n’empêche que les jeunes Sénégalais optent la vois du fleuve, l’Océan pour se rendre en Europe.

Récemment plus de 25 migrants sénégalais étaient morts noyés au large de la Mauritanie et des disparus, dans le pire naufrage sur la route des migrations longeant la côte atlantique. Parmi les voies de migration pour gagner l’Europe, la route de l’Afrique de l’Ouest, par mer ou par terre, fut l’un des itinéraires privilégiés, emprunté par des dizaines de milliers de migrants dernièrement.

Les Canaries en Espagne, à une centaine de kilomètres des côtes marocaines, proposaient l’une des principales portes d’entrée à l’Union européenne. Les mesures prises par Madrid ont ralenti le flux, alors qu’au même moment les migrants empruntaient en nombre les trajets méditerranéens vers l’Espagne, la Grèce ou l’Italie. 

Tout d'abord les immigrants doivent s'exposer aux dangers des transports qu'ils empruntent, risque d'asphyxie dans les camions, les soutes, d'hypothermie, de noyade lors de la traversée de mer sur des barques délabrées et abondantes 40% des bateaux font naufrage, etc…

Souvent, les immigrés doivent payer des passeurs, des gens qui vont les guider. Pendant la durée du voyage, ils dépendent entièrement de ces passeurs. Les immigrés peuvent être abandonnés au milieu de nulle part, être agressés et voilés, voire être tués.

Après cela, ils doivent encore éviter les patrouilles aéronavales qui surveillent les régions d'immigration. Au final, ils rencontrent de grandes difficultés pour être régularisés, et sont souvent obligés de continuer une vie clandestine, et sont souvent exploités.

Mais la route occidentale connaît ces dernières années un relatif regain en raison des mesures prises contre la migration transitant par la Libye, selon l’Organisation internationale pour les migrations. 

Alors à la vue de tous ces dangers et cet échec, l’immigration clandestine est-elle vraiment une solution ou une voie à emprunter pour son salut ?

 

Partager cet article...
Publication précédente Publication suivante

Ils nous ont fait confiance