octobre rose senegal

octobre rose senegal

 Originaire des États-Unis  , où elle a lieu pour la première fois en 1985, soutenue par l'American Cancer Society et l'entreprise Imperial Chemical Industries, la première campagne a lieu en France en 1994, à l'initiative du groupe Estée Lauder, qui créé l'association Le Cancer du sein .

Du 1er au 31 octobre 2020, de nombreuses initiatives sont mises en place pour aider la recherche et sensibiliser le grand public au dépistage du cancer du sein. Professionnels de santé, ONG et associations se rassemblent à travers le monde autour de cette même cause.

 Le ruban rose est un symbole international utilisé par des personnes, des entreprises et des organisations qui s’impliquent dans la sensibilisation au cancer du sein.

LA FRANCE ET LE RUBAN ROSE

Le mois d’octobre est donc un mois dédié à la sensibilisation des femmes au dépistage précoce du cancer du sein. Des milliers de manifestations ont lieu à travers le territoire : courses à pied, campagnes de dépistage gratuites, ventes aux enchères, expositions, collaborations entre marques…

 L’association a fait naître les Prix Ruban Rose en 2004 permettant de soutenir financièrement la recherche contre le cancer du sein.

En effet les Prix Ruban Rose sont financés grâce aux efforts des membres fondateurs de l'association, de ses différents bienfaiteurs, partenaires et supporters, ainsi que grâce aux dons des particuliers.

Ensuite les membres du Comité scientifique des Prix Ruban Rose ne peuvent être candidats à titre personnel. Le montant global alloué pour les Prix Ruban Rose 2020 est de six cent quarante mille euros.

 

Ils sont consacrés à soutenir les efforts de la recherche clinique ou fondamentale, mais aussi les innovations et les progrès remarquables en matière de techniques de dépistage, de chirurgie réparatrice, de psychologie ou encore d'amélioration de qualité de vie pour les femmes atteintes par le cancer du sein.

OCTOBRE ROSE AU SENEGAL

Depuis 2010, la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer LISCA lance au mois d’octobre de chaque année une campagne de dépistage du cancer du sein. L’objectif est de vaincre cette maladie en sensibilisant la population

Cette une campagne de sensibilisation a démarré1er octobre et se poursuit jusqu’aux 31 courants.

  Mais d'emblée, elle confie qu'il y'a plus de 1800 nouveaux cas de cancer de sein chaque année au Sénégal avec plus de 80% de décès.2 oct. 2020

Lisca soigne le mal par les racines

Officiellement lancée  par le ministre de la Santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, l’ambition d’Octobre rose est d’arriver à une prise de conscience nationale de l’importance du dépistage par la mammographie, mais aussi par l’auto-examen mensuel des seins qui est d’une innocuité totale, rapide et simple pour le dépistage du cancer du sein au début. Et c’est tout naturellement que le thème de cette année est La place de la mammographie dans le dépistage du cancer du sein.

 A cet effet, la Lisca compte assister, durant ce mois, plus de 2 000 mammographies, rien que dans la région de Dakar. Le samedi 7 octobre, une consultation gratuite de sénologie a été organisée au siège de la Lisca. 1 000 femmes ont bénéficié gratuitement d’un examen mammaire et 100 bons gratuits de mammographie aux cas suspectés sont offerts. Le dimanche, une randonnée pédestre a été organisée pour sensibiliser sur le cancer de manière générale et en particulier celui du sein. Le samedi 28 octobre, toujours dans la région de Dakar, 2 000 femmes ont été dépistées au stade Léopold Sédar Senghor et 100 bons gratuits de mammographie y sont offerts.

 La ligue sénégalaise contre le cancer LISCA déclare que dans le cadre des activités de sensibilisation contre le cancer, appelées Octobre Rose, plus de 3500 femmes ont été observées à travers le Sénégal.

S’exprimant lors d’une séance de dépistage du cancer à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass, une activité la présidente de la LISCA, docteur Fatma Guénoune, a dit que depuis le lancement de la campagne, le 6 octobre dernier, plus de 3500 femmes avaient été examinées dans plusieurs localités du Sénégal. A Diourbel, par exemple, 50 femmes ont été examinées, 570 à Khombole et 2000 au stade Léopold Sédar Senghor, à Dakar, où une consultation a été organisée le 20 octobre dernier, selon la présidente. Elle s’y ajoute que 500 femmes ont pu bénéficier des services de la LISCA dans le cadre des journées de dépistage et de sensibilisation sur les cancers du sein et du col de l’utérus à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass, a indiqué la présidente de la LISCA. Je me réjouis de savoir qu’il y a une implication et une conscientisation du phénomène de la lutte contre le cancer en général, a déclaré Mme Guénoune, selon qui 10% des femmes examinées ont des lésions ne signifiant pas forcément qu’elles sont atteintes de cancer, mais leur situation nécessite un accompagnement pour diagnostic et traitement.

Cependant elle a rappelé que le chef de l’Etat Macky Sall avait dégagé une subvention d’un milliard de francs CFA pour la chimiothérapie, sans compter que le téléthon organisé par la LISCA en mai dernier avait permis de mobiliser plus de fonds.   

 La présidente de la LISCA a fait état d’un net recul de la propagation des cancers du col de l’utérus et du sein, puisqu’au début de la lutte, le Sénégal était à 2000 nouveaux cas par an alors que maintenant, on est à 1500 nouveaux cas.

Partager cet article...
Publication précédente Publication suivante

Ils nous ont fait confiance