L'épanouissement du sénégalais

L'épanouissement du sénégalais

 Une civilisation qui s'épanouit c’est atteindre un stade de développement plein heureux, acquérir la plénitude de ses facultés intellectuelles ou physiques et être bien dans sa peau, dans son corps.Avoir un visage épanoui c’est manifester une joie pleine et sereine.

Seule chaque personne peut définir si elle est épanouie ou non. L'épanouissement professionnel est donc le fait d'être heureux dans son travail, par son travail, de s'y sentir bien.

 ÉPANOUISSEMENT PROFESSIONNEL

L’épanouissement professionnel a lieu quand on range ce qu’on fait par notre travail, qui l’on est avec nos valeurs, nos aspirations, nos besoins. Vu que l’on trouve un travail qui nous correspond à plusieurs niveaux, qui se joint le plus de notre vision de l’épanouissement dans chacun des facteurs de l’épanouissement au travail.

A l’heure actuelle il n’existe pas de réelle explication de cette notion de qualité de vie au travail. Elle a été déterminée par les parapheurs de l’accord comme étant un sentiment de bien-être au travail aperçu collectivement et individuellement  et qui englobe plusieurs facteurs déterminants comme:

Le quoi, ce sont les activités que l’on accomplit, les compétences que l’on mobilise, les appareils que l’on utilise au sein de son travail. Plus on aime manipuler ces choses-là, et plus on est gratifiés dans ce qu’on fait, plus on est susceptible d’être épanoui dans son travail.

Au contraire, on ne le sera pas si on n’aime pas la mission qui nous est convoquée, ou bien si on a excessivement de travail.

L’environnement conglomère l’espace de travail, les horaires, et le mode de management. L’épanouissement peut être altéré tel que:

Le caractère du contenu du travail car le collaborateur doit arranger d’une certaine autonomie, de tâches bariolées ainsi que de responsabilités pour le motiver. A cet effet la propriété de l’environnement physique qui est un sentiment de sécurité qui doit être présent tout comme une atmosphère physique agréable et propice au développement personnel pour l’attacher. Ensuite la qualité de l’organisation du travail et cela passe par de bons managers qui doivent posséder à la fois des capacités de prescription et d’appui, qui connaissent également entamer des démarches de progrès favorables aux collaborateurs mais aussi à l’organisation.

Ainsi la gestion caractérisée de l'évolution du collaborateur au sein de l'entreprise de ses perspectives de profession et de mobilité.

Tel que les potentialités de réalisation et de développement professionnel avec la mise en place de plans de formations, de validation des acquis de l’expérience et ce afin de accroitre les ressorts des collaborateurs et développer leur sentiment d’épanouissement professionnel.

C’est dire que l’accommodement entre vie professionnelle et vie privée avec une souplesse dans les horaires et le rythme de travail, un accès à des services de qualité. Par exemple si le lieu de travail n’est pas favorable à notre créativité, si on n’aime pas aller tous les jours au même localité mais qu’on n’a pas le choix car c’est un droit , si on a des horaires stricts alors qu’on aimerait qu’ils soient plus souples ,si les procédés de management ne collent pas à nos valeurs, si on doit prendre abondamment de transport en commun qui est un facteur de stress, que l’on habite loin, si le bureau dispose d’une mauvaise lumière ce dernier point peut paraître frivole.

Le facteur équipe, c’est le fait d’estimer ses collègues, l’ambiance, les habitudes propres à l’équipe. L’épanouissement peut endurer si on ne s’entend pas avec ses associés, que certains sont sources de tensions, qu’on ne partage rien, qu’on se fait hurler dessus par son manager.

Chaque travail est accolé à une mission : à quoi participe ce travail, quelle est la devoir de l’entreprise ? Estime-t-on le produit ou le service qui est proposé ? La bande dans laquelle on agit, la cause que l’on prohibe ?

Là, l’épanouissement peut être altéré si on ne voit pas le sens de ce que fait l’entreprise, si l’on trouve qu’il y aurait des douteux pour importantes ou intéressantes à traiter. Mais également si on ne se sent pas nécessaire dans le travail qui nous est convoqué, qu’on a l’impression d’occuper une tâche qui ne sert à rien.

Tout travail sauf bénévole est coordonné d’un payement. Si on travaille en entreprise, peut-être également d’avantages en plus du salaire.

Chacun peut se demander si le salaire perçu est suffisante par rapport à son conforme de vie. Et également par rapport à son imputation dans son travail, autrement dit au temps et à l’énergie que l’on y met.

En définitive, le boulot fait partie d’un tout. Notre vie relève également un temps pour la vie de famille, pour les loisirs, pour le sommeil, pour s’occuper de soi, pour le développement personnel. Ainsi, pour être content, il faut un travail qui permette de trouver le contrebalance entre toutes les parties de sa vie.

C’est pourquoi le Bus-boulot-dodo est rarement épanouissant car il ne laisse pas la place à des moments de valeur avec soi-même ou bien ses proches entre le travail et le sommeil.

Pour rappel, l’épanouissement professionnel est une sensation, fondée sur des critères qui sont propres à chacun.

 

Partager cet article...
Publication précédente Publication suivante

Ils nous ont fait confiance